jeudi 9 août 2018

Le renard, la Tonnerre et l’Éclair


Le Renard, le Tonnerre et l'Eclair.

A la nuit noire et au pied d'un figuier le renard cueillait des figues. Heureusement pour lui que le vent charriait des nuages, les nuages s'entrechoquaient et du choc maint éclair traversait l'obscurité. Grâce donc au jaillissement des éclairs le renard apercevait les  figues tombées par meules. Après l'éclair le tonnerre s'entendit. Il ne disparut pas tout de suite. Beuglant et se prolongeant de montagne en montagne , comme si après un dîner de gala  on avait remué les tables dans le ciel, ou bien comme si on bâtissait des murs contre les étoiles et que les charretiers déchargeassent des blocs sur leur route. Un tapage semblable n'était pas du goût du renard qui  s'adressant aux nuages leur manda cette prière : « Eslampeya, eslampeya, E nou peta ! Des éclairs, des éclairs et non des pets ! »
Les nuages obéirent et les éclairs depuis lors firent rage, tant et si bien que la queue du renard en fut presque brûlée : « Aïe, s'écria-t-il, quel pet de tonnerre ! » Et aussitôt il changea de couplet, disant : « Pets, pels e nou eslampels !  Des pets, des pets et non des éclairs !»

Conté par François JOAUNOU d'Arrens en 1896.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire