Articles

Affichage des articles du novembre, 2016
Image
Une goutte d'eau qui tombe ne laisse d'abord aucune trace sur le sable, mais si cette goutte d'eau se trouve multipliée par une averse, elle ne tarde pas à former une mare

Image
LES MYSTERES DE MALLING/PETITE-HETTANGE
Le trou noir sous le petit pont Ce jour là, dans la rue de la Gare de Malling, on a vu un garnement qui paraissait avoir au moins six ans. Il fit une chose qui étonna beaucoup ceux qui le regardaient et qui se sont moqués de lui par la suite. Ils croyaient avoir tout vu mais avaient manqué l’essentiel. Vous en connaîtrez tous les détails quand je vous aurai raconté son histoire. Le village de Malling est traversé par un charmant petit ruisseau : le ruisseau d’Oudrenne. Ce jour-là, Séverin c’était son nom, avait ses beaux souliers  du dimanche. Sa mère pensait qu’il serait sage et qu’il pourrait enfin courir en toute sécurité. Ça le gênait particulièrementcar il aimait par-dessus tout, courir pieds nus. Mais ses beaux souliers empêchaient ses pieds de respirer, comme il le disait très en colère. Rapidement comme on dit, le naturel revint au galop. Et toujours comme on le disait dans le village,  il lui prit dans sa tête qu'il serait plus comm…
Image
Ces récits, ces êtres merveilleux qui se meuvent dans des espaces sans bornes, qui vivent dans des régions inaccessibles à nos regards et à nos pas, déposent au fond de nos esprits des germes que féconderont notre imagination,
Image
Dans le tumulte de vos devoirs et de vos peines, lasses des bruits ou des orages du monde, mères n'avez-vous jamais, en rangeant vos armoires, retrouvé tout à coup quelques-uns des jouets de votre enfance ? Ne vous êtes-vous pas laissé prendre à regarder longtemps avec un sourire tendre ces souvenirs oubliés ?
Image
Moi, j'ai un tiroir où je retiens sous clef mes rêves dont les couleurs brillantes tiennent bon contre le temps. Ils sont aussi merveilleux que les histoires sorties de mes contes.
Image
Comment le vin du Stromberg prit la clé des champs
Une bouteille  de bon vin est sans doute une bonne chose à diner mais vous n'avez peut-être pas pensé que si on demandait son avis à son contenu, et bien, celui-ci ne serait peut-être pas le même que du vôtre. Dans une bouteille de vin du Stromberg, vous savez cette belle cave sur la route de Petite-Hettange, un merveilleux liquide pétillant et  ambré aspirait à gagner sa liberté. A l’intérieur d’une épaisse bouteille, argumentant du fait qu’il était couleur d’or et chargé de perles, le nectar trop précieux pour sortir de sa prison de verre pour immédiatement se retrouver dans un ventre, se mit à bouillonner avec force et conviction. Il décida de prendre sa liberté. Hélas la bouteille était bien cachetée et ficelée très serrée par un fil de fer qui refusait de se laisser corrompre. De plus le bouchon faisait la sourde oreille et refusait obstinément tout compromis. Je suis de liège disait-il, incorruptible et tête de mule. Si bien …
Image
Du jour où l’on n'a pu dire la vérité à quelqu'un, qu'en le revêtant d’un voile pour en adoucir les traits, il y a eu la fable..




De tous les genres de poésie, la fable est sans doute l'un des plus anciens. Je remonte pour en trouver  l'origine des nôtres, jusqu'à l’Egypte ancienne, mais il est clair que l’idée primitive des fables qu’il nous a été transmises est encore beaucoup plus ancienne, et que le poète n'a fait que mettre en ordre et rédiger les traditions qu'il trouvait peut-être des traditions répandues parmi les peuples.
Pomme pomme… pomme de pin… pain
C’est la saison où nos sœurs jonchent le sol du bois d’Ellange. Nous, nous étions encore accrochées à notre branche. Mes sœurs et moi avons été  promptement enlevées par une personne très bavarde. Rapidement couchées dans un panier, dont le balancement nous apprit que nous nous mettions en route. Bientôt nous arrivâmes au logis.  « Qu'allons-nous devenir maintenant, demandai-je à mes sœurs, aussi préoccupées que moi de cette question de vie et de mort. - Hélas ! Le savons-nous?  Nous serons croquées, sans doute. J’ai entendu dire quand nous sommes entrées que les pommes sont bonnes crues, cuites, de toutes les façons. A moins que ce ne soient de braves gens.  Et quelques braves gens qu'ils puissent être, crois-tu petite sœur, qu'ils auront des scrupules de manger de pauvres pommes comme nous?  -  C'est vrai, répondis-je tristement. -  Les pommes sont faites pour être croquées,  ajouta une autre compagne d'infortune en guise de cons…
Les 10 000 boutons de la couturière du Val Marie.
Emma, une  maman très énervée cherchait depuis des heures quelque chose dans le tiroir de la commode.  Jamais ils ne seraient prêts à temps  pour le mariage. Jamais les deux enfants ne pourraient tenir la robe de la mariée.  Leurs vêtements presque terminés n’avaient pas encore de boutons et il était trop tard pour en trouver chez les voisines du Val Marie. Ses deux jeunes enfants avaient les yeux fixés sur ce tiroir, et suivaient avec intérêt les moindres mouvements de leur mère. Leur figure exprimait successivement l'espérance, la crainte, la joie, le découragement. Trouverait-elle enfin ce qu’elle cherchait. Voyons ! La maman n’y tenant plus  perdit patience, et se mit à invoquer  les forces cachées … Mal lui en prit car dans un tourbillon de fumée, un personnage étrange apparut. Bizarrement vêtu, il effraya la maisonnée. Avec assurance il se proposa d’aider la maman à retrouver l’objet perdu … Les enfants s’approchèrent crainti…
Gustave, l’enfant gourmand de Thionville
Il y avait à Thionville un enfant comme les autres qui s'appelait Gustave. Il fut un jour le premier de sa classe. Sa maman Annanie en fut la première au courant, son père très fier proclama dans toute la rue de la Tour que son fils était un génie, un peu comme lui d’ailleurs. Il voulut faire sonner la Grosse Suzanne pour l’occasion, mais ça lui fut refusé.  Très fière, Annanie en rêva toute la nuit. Le lendemain, s'étant levée de bonne heure, elle se mit à pétrir un magnifique gâteau. Il était grand comme la petite roue d’une charrette. Annanie l'avait rempli de crème aux œufs épaisse à souhait, d'amandes, de noix, de tranches de citron confit. Elle avait glacé le dessus avec du sucre, de sorte qu'il était blanc comme de la neige. Le gâteau ne fut pas plutôt cuit, qu’Annanie chargea Gustave de le porter à l'école. Lorsque le petit Gustave l'aperçut, il sauta de joie, en frappant dans ses mains. Sur le chemin de l’éco…
L’ENFANT BLEU ET LE PRESSOIR DE GUENTRANGE Le raisin attendait à être pressé. Louis, jeune garnement du lieu avait pensé rendre service aux vignerons de Guentrange. Il avait sauté dans le pressoir et avait voulu fouler le raisin, à l’ancienne, comme il l’avait entendu raconter par son grand père le soir à la veillée. Ce qu’il ne se doutait pas était que le pressoir vieux de plusieurs centaines d’années gardait  en mémoire le temps passé et avait acquis une certaine idée de lui-même. Ainsi quand le gamin sauta sur les grappes, les pieds pas très propres, il en fut vexé. Il lui fit perdre l’équilibre et le gamin tomba de tout son long dans l’épais jus de raisin. Il fut teinté de bleu et hurla en appelant au secours. Plusieurs mains calleuses de vignerons  hilares l’attrapèrent de le sortirent de sa fâcheuse situation en lui faisant la leçon.  De sa maison Edwige sa maman comprit immédiatement la situation. Elle prit une cuvette et mena le gamin au lavoir du village. Elle plongea sa gra…