Articles

Affichage des articles du février, 2017
Image
LES VOYAGES DU CONTEUR DE LÉGENDES
La Déesse de KLANG
Quand j’arrivais dans la forêt de Klang, j’étais parti confiant et sûr de moi. Soudain, Un doute m’envahit, les arbres semblaient me dire que je n’étais pas le bien venu. Il se trouva aussi que j’étais perdu. Je voulais simplement rendre visite au Trou d’Enfer et à sa prodigieuse sculpture de la Déesse du NONNENFELS sur le Rocher Rouge . Une inquiétude qui allait en grandissant commença à m’envahir. Désorienté, j’appelais de toutes mes forces. Seuls me répondaient des échos sourds et lointains. Je commençais à courir. Je déchirais mes vêtements à tous les buissons le visage meurtri par les branches qui, courbées un instant, se relevaient soudain avec violence. Je ressemblais à un homme saisi par un cauchemar horrible. Enfin, je ne sais comment, j’atteignis le but de mon voyage. Pourtant je  connaissais l’endroit à merveille pour l'avoir souvent visité autrefois en rêvant à ses légendes et à sa magie. Je n’étais pas seul, ça me ra…
Image
LES VOYAGES DU CONTEUR DE LEGENDES Le jeune couple de la calèche Deux heures sonnaient au clocher de la petite église de mon village. J’étais parti faire ma promenade journalière. Le ciel, d’un bleu profond, laissait le soleil inonder mon visage. Mon chapeau de paille un peu juste, je choisi un arbre bien feuillu et je me mis à son ombre avec l’envie d’y faire une belle sieste.  La chaleur était accablante. Fatigué, j'éprouvais un invincible besoin de repos. L'ombre était engageante, je m'étendis au pied de l’arbre, une racine me servant d’oreiller. Un demi-sommeil commençait à me gagner, lorsqu’un bruit de sabots me tira de l'engourdissement où j'étais plongé. Une élégante calèche emmenée par deux superbes chevaux roulait sur le chemin puis s’arrêta non loin de moi en m’ignorant. Le conducteur de ce bel équipage était un homme d'une trentaine d'années. Son visage avait une expression de gravité que tempérait la douceur de son regard. A ses côtés était assi…
Image
LES VOYAGES DU CONTEUR DE LÉGENDES La jeune femme qui attendait son amoureux ... fin Toute la journée je crus avoir perdu la raison... Je ne pouvais lier ensemble deux pensées. Que m'était-il arrivé ? Que s’est-il passé pendant ces heures pleines de doux mystères ? Le soir dans mon fauteuil préféré mon chat sur les genoux, je pensais encore à cette rencontre très étrange. Bientôt pourtant mes idées se sont mélangées et ma tête m’abandonna et tomba sur ma poitrine... La fatigue du corps l'emportait sur mes préoccupations. Je m'endormis. Le lendemain, je m'occupais à faire des recherches dans le village, afin que l‘on pût au moins me mettre sur la trace des personnages. Mais je n'obtins que de vagues réponses. Les regards se détournaient. Soupçonnant je ne sais quoi, la vérité peut-être, un ancien du village fit un clin d'œil à sa femme, et tous deux se renfermèrent dans un mutisme complet. Ne me valait-il pas mieux croire m'être trouvé aux prises avec une r…
Image
LES VOYAGES DU CONTEUR DE LÉGENDES La Jeune femme qui attendait son amoureux Il faut que je vous raconte l’aventure qui m’est arrivé.
J’habite une jolie maison fort ancienne au cœur du village. Ce que j’aime surtout c’est l’ambiance qu’elle dégage, ce parfum de mystères et ces frissons qui vont de paire. Je pense souvent à ceux qui y ont vécu et je m’imagine de belles histoires. Pour ce qui est des belles histoires, je fus servi cette nuit là. Je descendais sur le tard, chercher une bouteille de ce bon vin que je gardais pour les grandes occasions. Je fus fort surpris de voir, assise dans ce vieux fauteuil dont je n’avais jamais eu le temps de me débarrasser, une jeune femme qui semblait m’attendre. Elle leva la tête et ses longs cils se relevèrent lentement... de ses yeux de saphirs s'échappèrent deux larmes... Nous nous sommes regardés un long moment. Je lui demandais ce qu’elle faisait là. Elle me répondit doucement qu’elle était chez elle.
« N'avez-vous donc jamais pensé à ha…
Les mystères de Malling / Petite-Hettange Une Rose nous est tombée du ciel. En ce temps là on l’appelait le bonhomme. Depuis bien longtemps déjà, il vivait son chagrin et sa solitude, jour après jour. Son épouse, Annie était très discrète mais à la lenteur de ses gestes son mari savait qu’elle souffrait autant que lui. Leur chien attendait toute la journée en geignant, le museau collé à la vitre de la porte. Même la maison ne faisait plus craquer ses parquets de plaisir. N’y tenant plus le bonhomme s’adressa à sa femme : « je sors ma mie, c’est une belle et bonne nuit ». Il chaussa ses grosses bottes et s’en alla comme on va vers un rendez-vous. Il tenait à admirer le ciel en cette nuit si douce. En cette nuit où l’on voyait des étoiles tomber sur la terre. Il se rappelait une vielle légende qui disait que parfois les astres font la fête et un peu enivrés accordaient un vœu. C’est avec appréhension et espoir qu’il regarda la voûte étoilée. Et le spectacle commença. Que se passait-il …