mercredi 19 septembre 2018

Le loup, les chèvres et le renard. suite et fin


Les voyages du Conteur de Légendes.

Petites histoires oubliées.

Le loup, les chèvres et le renard.

Suite et fin ....

— Exécutez-vous, nous en causerons plus tard. Les chèvres sans dire mot installèrent chacune un carré de gazon entre leurs cornes, ce qui leur fit une coiffure verte. L'une d'elles exceptée, à qui les cornes n'avaient-pas poussé.
Le renard les conduisit ainsi par devant le loup.
— Adieu, compère Loup.
— Adieu, compère Renard.
— Comment se porte ta botte ?
— A peu près comme ma culotte.
— Que racontes-tu de nouveau ?
— Pas grand chose. Nous subissons un temps pluvieux, la viande est rare et je ne me rassasie pas tous les jours que je m'assieds à table ? Votre huche à pain est-elle comble, compère ?
— Chez nous ça va comme le potage à la fève, tout doucement. Mais pour le quart d'heure je ne me plaindrai pas, ne voilà-t-il pas mes sept chèvres que je me réservais l'année dernière ! Mais oui !
— Tu les as vues, Renard?
— Oui nous avons causé un brin.
— Que portent-elles donc sur la tète. Se couvrent-elles le front d'un béret comme les gardeurs de chèvres ?
— Erreur, mon bon. Ce sont les têtes des loups qu'elles ont écorchés ce matin.
— Tu plaisantes?.... et celle qui ne porte rien?
— Elle vient y piquer la tienne !
— Je ne crois pas que je lui en donnerai le temps.
Et le loup mit sa queue entre les jambes, serra son estomac vide et s'enfuit au pas de course.

Conté par Allaman, berger à Arrens canton d'Aucuns, en 1898.

Bien est pris celui qui croyait prendre



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire