Elle tournait avec une grâce ingénue et svelte, mais non désinvolte, on ne pouvait se contenter d'une muette admiration.
Comme on le doit à ceux qu'on aime, il fallait aussi la couvrir d'attention, sans quoi elle s'arrêterait de tourner. Un petit homme qui se croyait grand voulut l'empêcher de vivre, elle le fit disparaître dans un grand éclat de rire, ainsi se vengent les Belles.
Belle journée à prendre soin de Notre Déesse Mère.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les lutins et autres mystères

Le loup, les chèvres et le renard. suite et fin