Les voyages du Conteur de Légendes.
Paroles oubliées de Lorraine.
L’ail
De plusieurs compagnons de travail prenant leurs repas en commun, celui qui a soin tous les matins, à jeun et à l'insu des autres, de manger de l'ail, le premier jour une gousse, puis les jours suivants trois, cinq, sept, cinq, trois gousses, et ainsi de suite en augmentant et en diminuant le nombre des gousses alternativement croissantes et décroissantes des quatre premiers jours du mois aux nombres impairs, non-seulement il a le profit de sa propre nourriture, mais soutire à ses compagnons celui qu'ils devraient tirer de la leur. Il prospère et les autres dépérissent ...

Pas facile ....belle camaraderie ! belle journée sans trop manger d'ail.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les lutins et autres mystères

Le loup, les chèvres et le renard. suite et fin