dimanche 22 janvier 2017

Les mystères de Malling / Petite-Hettange
Angèle, le pot au feu et le chaudron
Par une nuit froide d’hiver, ne pouvant dormir, Angèle décida de s’avancer dans sa tâche et de préparer le repas du lendemain midi. Ce serait un pot au feu. Le feu de la cheminée était presque éteint et après avoir longtemps soufflé sur les braises, une belle flamme attaqua la bûche. Elle mit la grosse marmite sur la flambée et la remplit d’eau du puits. La maîtresse de maison y jeta légumes et viande puis elle s’occupa de préparer une sauce quand un drôle de bruit la fit se retourner. Elle s’aperçut que la préparation bouillonnait d'une façon bizarre pour ne pas dire extraordinaire. En effet, elle s’agitait avec violence. On aurait dit que les matières devenaient en fusion et se mélangeaient avec des bruits étranges. Elle prit peur et se mit à réciter une vielle formule que lui avait apprise sa mère un peu sorcière. Sa mère de qui elle tenait le chaudron dont elle se servait cette nuit. Elle récita cette formule en mots inintelligibles puis, penchée sur son creuset, elle épia avec anxiété ce qui s'y passait. Le fond était d'un rouge ardent et bouillonnait comme quand on jette de l'eau sur un brasier. Il en sortait des bruits qui ressemblaient aux sons d'une voix humaine. Tout à coup la lampe allumée s'éteignit, une épaisse fumée s'éleva et monta lentement vers le plafond. La fumée revint au-dessus du chaudron et tout doucement prit la forme d’une tête. Cette tête ressemblait à celle de sa mère disparue mystérieusement depuis longtemps. Elle la reconnut quand elle parla d’une voix amusée : « je t’ai dit mille fois d’ajouter le sel avant les légumes !!! » Puis à sa grande surprise, l'apparition lui fit un clin d’œil et lui envoya une bises. Enfin la fumée disparut dans un petit rire. Angèle comprit qu’il ne fallait jamais se relever les nuits de pleine lune sous le coup de minuit pour cuisiner dans un chaudron dont on ne connait pas trop l’origine. Angèle éteignit en tremblant le feu et courut se blottir près de son mari tout en pensant à sa maman qui n'avait jamais pu faire les choses comme tout le monde. Demain on mangerait du pain et du fromage.
Christian LUZERNE Conteur de Légendes



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire